Saint-Gobain renonce à Sika pour mieux s’y installer

Saint-Gobain renonce à Sika pour mieux s’y installer
Notez cet article !

Le géant français des matériaux pour le bâtiment a renoncé à prendre le contrôle du groupe suisse de chimie. Les deux parties sont parvenues à un accord.

Après trois années de bataille judiciaire, Saint-Gobain a finalement renoncé à prendre le contrôle de Sika, l’un des leaders mondiaux des produits chimiques de spécialité pour la construction et l’industrie, basé à Zoug.

Tout a commencé en décembre 2014, quand Saint-Gobain a proposé aux héritiers du fondateur de Sika, la famille Burkard, de racheter leurs parts. Parce qu’elle est à la tête de 16,4 % du capital et possède 52,6 % des droits de vote, cette opération aurait permis au groupe français de prendre le contrôle de l’entreprise présente dans 101 pays, sans avoir à lancer d’offre publique d’achat… Las, la direction de Sika ne l’entendait pas de cette oreille. Elle lançait une contre-attaque en ralliant une bonne partie des actionnaires minoritaires, dont la Fondation Bill Gates ou UBS. S’ensuivit un long combat devant les tribunaux.

Trois ans plus tard, cette ténacité a payé. L’accord entériné le 11 mai prévoit le rachat par Saint-Gobain, pour la somme de 3,2 MdCHF (2,7 Md€) de Schenker-Winkler (SWH), la holding qui représente la famille Burkard. Saint-Gobin et SWH céderont ensuite à Sika 6,97% du capital de l’entreprise, pour 2,1 MdCHF.
Ainsi, Saint-Gobain ne détiendra que 10,75% du capital de Sika, et s’est engagé à maintenir sa participation à ce niveau pendant au moins deux ans.
«Nous remercions nos employés qui, par leur engagement et leur loyauté, ont permis la réussite de Sika et rendu cette solution possible», s’est réjoui Paul Hälg, président du conseil d’administration du groupe suisse.

Un accord gagnant-gagnant

Dans un communiqué, les deux entreprises annoncent qu’elles vont désormais approfondir leurs relations commerciales dans des domaines qui leur sont mutuellement bénéfiques, tout en préservant l’indépendance économique et juridique de chacun.
Officiellement, toutes les parties considèrent cette solution comme satisfaisante : «Elle est respectueuse des intérêts de l’ensemble des actionnaires et constitue une base solide pour soutenir la croissance et la prospérité à long terme de Sika», a déclaré Urs F. Burkard, porte-parole de la famille Burkard. Quant à Pierre-André de Chalendar, pdg de Saint-Gobain, il estime qu’il s’agit « d’une issue très positive, tant d’un point de vue financier que stratégique ». Sika va convoquer une assemblée générale extraordinaire le 11 juin prochain pour permettre à ses actionnaires de valider cet accord. Suite à cette annonce, l’action Sika gagnait 10,53%, alors que Saint-Gobain progressait de 2,18 %.

 


Par Romain Fournier


 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

PUBLICITÉ

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*